MinistèrePolitique

10 milliards d’économies: l’éducation nationale va supprimer près de 11 000 emplois à la rentrée.

Partage:

Le jeudi 22 février 2024, le décret ministériel officialisant des économies budgétaires drastiques a été publié au Journal Officiel. Cette mesure fait suite à la demande du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, exigeant des ministères de réaliser des économies totalisant 10 milliards d’euros. Malheureusement, le secteur de l’Éducation Nationale n’est pas épargné, avec une obligation de rendre 692 millions d’euros, entraînant la suppression de milliers de postes et mettant en péril les réformes récemment annoncées.

Réduction des effectifs dans l’enseignement primaire public :

  • 138 millions d’euros doivent être rendus, dont 131 millions en « titre 2 » (emplois).
  • 2620 postes d’enseignants du 1er degré public sont supprimés.

Impact sur l’enseignement secondaire public :

  • Annulation de 123 millions d’euros, dont 87 en « titre 2 ».
  • 1740 postes d’enseignants du second degré public disparaissent.

Conséquences dans le secteur privé de l’éducation :

  • 99 millions d’euros sont annulés, dont 88 en « titre 2 ».
  • Le secteur privé perd 1760 postes.

Répercussions sur les personnels d’accompagnement :

  • La mission « Vie de l’élève » doit rendre 262 millions d’euros, dont 164 en « Titre 2 ».
  • Environ 4600 postes d’AED (Assistant d’Éducation) et AESH (Accompagnant d’Élèves en Situation de Handicap) sont annulés, affectant le soutien aux élèves.

Annonces contradictoires :

  • Il y a deux mois, le ministre de l’Éducation Nationale, Gabriel Attal, annonçait la création de 2137 postes d’enseignants pour 2024.
  • Cependant, ces annonces sont contredites par la suppression de plus du double de postes, suscitant des interrogations sur la cohérence des politiques éducatives.

Nicole Belloubet, nouvelle ministre en charge de la mise en œuvre :

  • Avec la coupe budgétaire drastique, la nouvelle ministre, Nicole Belloubet, se trouve face à la lourde tâche de mettre en œuvre des réformes éducatives annoncées par son prédécesseur dans des conditions difficiles.

Dans le contexte budgétaire actuel, la mise en œuvre de la réforme du « choc des savoirs » semble compromise. Cette initiative nécessitait des moyens conséquents pour dédoubler les niveaux, accroître le nombre de redoublements, et financer des manuels, entre autres. Face aux contraintes financières résultant des coupes budgétaires récentes, les conditions pour un report de cette réforme sont réunies. Un tel report présenterait également l’avantage potentiel de calmer la grogne des enseignants, majoritairement hostiles à la mise en place des groupes de niveaux.


Partage:
Pour ne rien louper de l'actualité, installez l'application gratuite des professeurs des écoles.

Suivez-nous sur les différents réseaux sociaux: Telegram, Twitter, Facebook, Whatsapp et Instagram.

Si vous appréciez le site faites en quelques secondes un micro don d'1€ pour soutenir le projet. Vous bénéficierez d'une version du site et de l'application sans publicité. Cela permettra au site de continuer d'exister (frais d'hébergement, frais de l'application, valoriser le travail réalisé etc...), de vous informer et de vous divertir. Faire un micro don maintenant.

3 réflexions sur “10 milliards d’économies: l’éducation nationale va supprimer près de 11 000 emplois à la rentrée.

  • On pourrait commencer par supprimer les recteurs et toutes leurs usines à gaz. On pourrait aussi se passer d’une partie des 160 inspecteurs généraux, ceux qui ne travaillent jamais et que parfois leurs collègues ne connaissent même pas…

    Répondre
  • Eugénie

    Quand on sait que 300 millions avaient été reportés, on peut se demander pourquoi chercher encore à faire des économies…

    Répondre
  • J’ai encore envie de démissionner.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Professeurs des écoles

GRATUIT
VOIR