Comprendre le problème de la rémunération des enseignants

Ce 1er mai le SMIC a été revalorisé à 1302,64€ net. Cela a pour conséquence de rapprocher un peu plus le traitement des professeurs des écoles débutants du salaire minimum de croissance.

En effet les professeurs des écoles à l’échelon 1 ont depuis le 1er mai un revenu égale à 1,1 SMIC.

Grille officielle de rémunération des professeurs des écoles:

Source: https://www.education.gouv.fr/la-remuneration-des-enseignants-7565

Il est à noter que les professeurs des écoles débutants peuvent cependant bénéficier de certaines primes.

Cet écart avec le SMIC est historiquement bas alors même que le niveau d’étude pour devenir professeur des écoles est au plus haut avec une exigence d’un BAC +5.

Alors que l’inflation galope actuellement (4,5% en France en mars 2022 en glissement annuel) et du fait du gel du point d’indice les professeurs des écoles continuent de perdre du pouvoir d’achat depuis plus d’une trentaine d’années.

Le ministre Jean-Michel Blanquer avait promis une « revalorisation historique » après avoir reporté celle programmée par le président Hollande. La revalorisation du grenelle de l’Education n’a cependant pas été à la hauteur des attentes et limitée aux premiers échelons de la carrière.

Les enseignants français continuent de se placer en terme de rémunération en queue de peloton en comparaisons aux autres pays d’Europe.

Le président/candidat Macron, lors de la campagne électorale, a promis une revalorisation du point d’indice avant l’été 2022 et une augmentation de 10% des traitements. Cette augmentation interviendrait en janvier 2023 dans le cadre de la loi de finance. Une augmentation supplémentaire de 10% (allant donc jusqu’à 20% au total) pourrait intervenir mais serait sujette à de nouvelles missions supplémentaires et à l’acceptation d’un nouveau contrat/pacte.

L’étude de l’INSEE, qui date de 2010, établit déjà un temps de travail qui se situe entre 38h30 et 45h30 par semaine selon les fonctions occupées. Il apparait donc compliqué d’ajouter de nouvelles missions aux professeurs des écoles.

Ce problème de rémunération ajouté à d’autres problèmes que rencontre la profession a pour conséquence de dissuader les jeunes de s’engager dans cette voie, fait naitre une vraie pénurie des vocations et une augmentation importante des démissions dont le ministère refuse de publier les dernières données.